De plus en plus d'aérosols

Les aérosols désignent toute particule en suspension dans l’atmosphère. Avec l’intensification des activités humaines, la concentration globale de la plupart des aérosols a doublé depuis l’ère préindustrielle. Ces émissions influencent le système climatique et provoquent des effets néfastes sur la santé.

Solides ou liquides, minérales ou organiques, les particules en suspension sont d’origine naturelle ou humaine et de tailles diverses. Les aérosols sont naturellement émis dans l’atmosphère par les éruptions volcaniques, le brassage des eaux océaniques, les feux de forêts ou encore la dispersion du pollen. Les activités humaines diffusent également des aérosols par la combustion des ressources fossiles (le charbon, le pétrole), l’incinération des déchets et certains procédés industriels (la métallurgie, la fabrication de ciments). En agissant sur le rayonnement solaire et sur le cycle de l’eau, la concentration croissante d’aérosols anthropiques dans l’air influence directement le climat. En Asie, les particules en suspension forment un nuage brun géant qui affecte le régime de la mousson. Cela se traduit concrètement par une diminution des précipitations en Inde. Les aérosols menacent également la santé humaine et animale. Les particules de diamètre inférieur à 10 micromètres sont les plus toxiques puisqu’elles peuvent pénétrer profondément dans le système respiratoire. Ces « particules fines » causent le décès d’environ 7.2 millions de personnes par année.

"En agissant sur le rayonnement solaire et sur le cycle de l’eau, la concentration croissante d’aérosols anthropiques dans l’air influence directement le climat."