Des territoires surexploités

Principale conséquence de l’expansion et de l’intensification des activités agricoles, l’artificialisation des territoires modifie le système climatique, le cycle de l’eau et affecte particulièrement la biodiversité.

Depuis 50 ans, le rythme de conversion des forêts et autres écosystèmes en terres agricoles s’est nettement accéléré. Aujourd’hui, la disparition et la fragmentation des territoires naturels sont devenues la première cause d’atteinte à la biodiversité. Les territoires trop petits et déconnectés compliquent les déplacements de la faune pour se nourrir ou se reproduire. La destruction massive des forêts tropicales est particulièrement préoccupante. Ces dernières abritent l’essentiel de la biodiversité terrestre et jouent également un rôle clé dans le système climatique et dans le cycle de l’eau. En effet, les forêts aspirent de grandes quantités de CO2 de l’atmosphère et libèrent de l’eau et de l’oxygène par évapo-transpiration ; elles constituent le poumon de la planète. Bien que le taux de déforestation ait globalement ralenti dans le monde, plus de 129 millions d’hectares de forêts ont été perdus ce dernier quart de siècle, soit près de 30 fois la superficie de la Suisse !

"La destruction massive des forêts tropicales est particulièrement préoccupante."